Zoom sur le métier d’ambulancier

Equipe d'ambulanciers intervenant en urgence auprès d'une victime

Un ambulancier est à la fois un transporteur spécialisé et un auxiliaire sanitaire. Il est ainsi responsable de la santé du malade qu’il prend en charge et de son confort. Il est également en charge de tâches annexes comme l’entretien du véhicule, la tenue de documents de bord, l’utilisation d’appareils d’assistance médicale… Retrouvez les principales informations (missions, formations, salaires…) à propos du métier d’ambulancier sur Guide Mode Emploi.

Les missions de l’ambulancier

C’est au moyen d’un véhicule spécialement adapté que l’ambulancier transporte blessés, malades, personnes âgées ou handicapées vers les hôpitaux, cliniques ou maisons de retraite.

L’ambulancier, en plus d’être un transporteur spécialisé, est un auxiliaire sanitaire au service du malade. Il doit ainsi l’aider à se déplacer jusqu’au véhicule. Pour cela, il dispose d’un matériel de transport adapté à toutes les situations : civière, brancard, chaise d’évacuation, etc.

Il est également capable de surveiller l’état du malade ou du blessé et d’utiliser au besoin des appareils d’assistance médicale comme le défibrillateur. Son véhicule est équipé d’un sac médical d’urgence contenant des produits d’hygiène (drap à usage unique, masque…), de désinfection (gel hydroalcoolique…) et de produits ambulanciers comme les attelles à dépression.

Enfin, l’ambulancier doit également assurer la tenue de nombreux documents administratifs (facturation, encaissement…).

Ambulancier : quelles compétences ?

Si un bon ambulancier est avant tout un conducteur rapide mais prudent, il doit également être à l’écoute et être capable de rassurer le patient. Il est en effet en contact permanent avec des malades, des personnes blessées ou handicapées et se doit donc d’être calme, patient et disponible.

Dans ce métier, sang-froid et réactivité sont des atouts. Lorsqu’une vie est en jeu, l’ambulancier doit en effet pouvoir prendre rapidement les bonnes décisions. Il faut donc être capable de supporter des situations stressantes sans perdre ses moyens !

L’ambulancier doit aussi avoir une bonne condition physique. Il est en effet souvent confronté à des interventions pénibles et longues, qui demandent une solide résistance physique. Par ailleurs, cela lui sera aussi d’une grande aide lorsqu’il aura besoin de soutenir ou porter des victimes.

La formation pour devenir ambulancier

Pour exercer ce métier, il est obligatoire de posséder le Diplôme d’Etat d’Ambulancier (DEA). Pour se présenter aux épreuves, il faut avoir au minimum le niveau 3ème (collège). Ce diplôme est assuré par des centres agréés par le Ministère de la Santé. Cette formation payante peut être prise en charge dans le cadre de la formation continue et dure généralement de 2 à 4 mois à temps complet. D’une durée de 630 heures d’enseignement clinique et théorique, elle est complétée par un stage de 5 semaines en service ambulancier. Ce dernier sera l’occasion d’intervenir en situation réelle et de prendre en main l’utilisation des outils de travail du quotidien, du simple thermomètre médical auriculaire au défibrillateur !

Pour intégrer cette formation, le candidat devra présenter un certificat médical de vaccinations, un certificat de formation aux gestes et soins de premiers secours de niveau 1. Il doit également être en possession du permis de conduire depuis plus de 3 ans et disposer d’une attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’une ambulance.

Equipe d'ambulanciers debout devant leur ambulance

Rémunération et carrière

Un ambulancier débutant est rémunéré à hauteur du SMIC. Il peut exercer son métier en tant que salarié dans une petite entreprise (souvent familiale) avec des horaires réguliers, même s’il peut être appelé la nuit ou les week-ends.

L’ambulancier peut également travailler à son compte. Pour s’installer en libéral, il doit obtenir un agrément auprès des services préfectoraux. Il doit également investir dans un véhicule conforme aux normes et s’équiper en conséquence, aussi bien au niveau du matériel de soins (gants médicaux en nitrile, pansements, compresses, etc.) que du matériel de transport ou de réanimation.

Après plusieurs années d’expérience professionnelle, et dans un souhait d’évolution, l’ambulancier peut devenir régulateur d’une structure de soins. Il est ainsi en charge de la coordination des déplacements d’une équipe, de la mise en place des emplois du temps et de la gestion des interventions.

Source images : Getty Images