Métier : technicien plasturgiste

homme portant un casque de chantier devant son ordinateur

Un technicien plasturgiste gère la production et parfois la commercialisation d’articles en matière plastique. Ce métier exige une bonne maîtrise des process de fabrication et des outils numériques. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le métier de technicien plasturgiste.

Des objets du quotidien au prototype

Le technicien plasturgiste fabrique des articles en matière plastique. Il peut s’agir d’objets du quotidien, comme une chaise de jardin, ou d’éléments plus élaborés, comme un prototype de véhicule. Cette définition de base ne saurait couvrir l’ampleur des responsabilités de cette profession en constante évolution.

Un technicien de la plasturgie doit avoir un bon niveau d’expertise puisqu’il intervient sur l’ensemble du matériel de programmation. Il peut être responsable de toutes ces taches :

  • configuration des machines ;
  • évaluation des paramètres ;
  • contrôle de la production ;
  • émission de diagnostics en cas de problème.

Il est en somme responsable du cycle de fabrication dans son ensemble, maintenance comprise. C’est aussi un commercial, apte à rédiger les fiches techniques des produits et à accompagner leur mise sur le marché.

Maîtriser les outils numériques

La majorité des entreprises de la plasturgie sont structurées en PME. Un cadre où le rythme de travail est souvent le 3×8 et la fonction de fait polyvalente. Selon les secteurs (médecine, pharmacie, automobile, aéronautique, électroménager, agroalimentaire, cosmétique…) et l’importance de l’entreprise, certains techniciens plasturgistes se spécialisent :

 

  • conducteur d’îlots de production ;
  • monteur-régleur et contrôleur qualité ;
  • concepteur de prototypes en bureau d’études ;
  • technico-commercial.

homme en train de travailleur sur un ordinateur

Dans tous les cas, ce professionnel de la transformation plastique doit maîtriser les procédures et les process de fabrication (injection, extrusion, etc.). Il doit également connaître sur le bout certains outils informatiques, notamment les outils de DAO (dessin assisté par ordinateur) et de CAO (conception assistée par ordinateur). L’anglais étant la langue de la plupart des documents explicatifs, il est indispensable de la maîtriser.

Dans ce métier, on peut bien sûr débuter avec un CAP, mais un Bac professionnel plastiques et composites est un minimum recommandé !

Un BTS : le diplôme minimum conseillé pour devenir technicien plasturgiste

Ce métier est en effet constamment soumis à de nouvelles normes, que ce soit en matière de recyclo-conception, de fabrication additive (impression 3D), ou encore de plastronique (procédé combinant la plasturgie et l’électronique). Avec le développement du numérique et des nouvelles techniques laser, un BTS en science et génie des matériaux, un BTS chimie ou un BTS europlastics et composites est souvent requis.

À savoir : un bac+3 (licence professionnelle en éco-plasturgie, par exemple) est le plus sûr moyen d’obtenir un poste bien rémunéré dès la première année d’embauche.

Un technicien plasturgiste débutant perçoit un salaire brut compris entre 1 500 et 2 000 € par mois selon son degré de compétence. Cependant, avec un complément de formation, par exemple en suivant une école d’ingénieurs en plasturgie depuis un BTS, ce revenu peut être amené à doubler voire à tripler en cours de carrière.

Images : Pexels