Fiche métier : profession avocat

La robe noire vous fait rêver depuis votre plus jeune âge ? C’est un bon point car s’il s’agit d’une vocation, votre motivation ne sera que plus forte ! Sans parler de « parcours du combattant », la formation au métier d’avocat fait partie des plus exigeantes. Elle requière rigueur et ténacité tout au long des six années d’études.

Les prérequis

Le métier d’avocat est très réglementé et structuré au sein d’un Ordre. Pour y accéder, de nombreuses conditions sont à remplir, tant sur le plan de la formation que sur un plan personnel. Ainsi, avant d’entamer tout cursus, il faudra en premier lieu s’assurer de remplir les conditions suivantes :

  • Être français
  • Ressortissant d’un état membre de l’Union Européenne ou de son espace économique
  • Ressortissant d’un état tiers qui accorde aux français le droit d’exercer dans les mêmes conditions qu’en France
  • avoir la qualité de réfugié ou d’apatride reconnue par l’office français de protection des réfugiés et apatrides
  • ne pas avoir fait l’objet de condamnation pénale pour agissements contraires à l’honneur, à la probité ou aux bonnes mœurs
  • ne pas avoir eu de sanction disciplinaire ou administrative de destitution, radiation, révocation, de retrait d’agrément ou d’autorisation
  • ne pas avoir connu de faillite personnelle, de redressement et de liquidation judiciaire d’entreprise

 

Les études

La voie traditionnelle pour les bacheliers est d’intégrer une faculté de droit. Après l’obtention d’un Master 1 (maitrise), l’étudiant s’inscrit à un Institut d’Etudes Judiciaires (IEJ). Il est possible de choisir celui de sa faculté d’origine, ou un autre, de son choix, sachant que l’examen est plus ou moins difficile selon les IEJ. Les missions de ces structures sont de préparer les étudiants (moyennant des cours et des examens blancs), à l’examen du CRFPA (centre de formation des futurs avocats). Il est à noter que l’inscription à un IEJ est obligatoire mais que les cours sont optionnels. Ainsi, de plus en plus d’étudiants se tournent vers des préparations intensives privées pour augmenter leurs chances.

L’examen d’entrée au CRFPA est le sésame pour accéder à la profession d’avocat. Pour y entrer, il faut obtenir la moyenne aux examens, il n’y a donc pas de compétitions avec les autres apprenants. En revanche, il est bon de savoir qu’un étudiant ne pourra présenter le concours que trois fois. Très sélectif, l’examen d’entrée au CRFPA ne compte environ que 35% d’admis chaque année. Deux types d’épreuves le caractérisent :

  • les épreuves écrites d’admissibilité
  • les épreuves orales, dont le fameux « grand O », le plus redouté des élèves-avocats !

Une fois admis, la formation s’échelonne sur 18 mois et s’articulent autour de 3 axes principaux :

  • une formation théorique portant sur les fondamentaux : la déontologie, le statut et les aspects pratiques du métier d’avocat.
  • Un stage au sein d’un cabinet d’avocats ou l’étudiant va non seulement découvrir le quotidien de son futur métier mais aussi acquérir de l’expérience professionnelle. Débouchant très souvent sur une collaboration, il est fortement recommandé de choisir avec soin son stage.

Au terme de cette formation, arrive l’ultime épreuve du CAPA (Certificat d’aptitude de la profession d’avocat). Son obtention permet aux diplômés de prêter serment devant la Cour d’appel et de s’inscrire au Barreau de leur choix. Moins sélectif que le CFRPA, le CAPA compte un très fort taux de réussite (98,8 % en 2013).

Les débouchés

Cabinet d'avaocat Renaud Avocats

Le nombre de cabinets n’étant pas limité, tout jeune avocat peut immédiatement s’installer. Cependant la tendance serait davantage à la collaboration au sein de cabinets ayant déjà pignon sur rue.

Les entreprises sont aussi de bonnes plateformes pour exercer le métier d’avocat. Ainsi, un jeune avocat doué en droit de travail, un avocat spécialiste du licenciement à Lyon ou ailleurs, multiplie ses chances d’être d’embauché.

La profession d’avocat en quelques chiffres :

  • Les avocats représentent 81 % environ des auxiliaires de justice
  • Au 1er janvier 2014, la France comptait 60 223 avocats dont 41 % rattachés au Barreau de Paris
  • 36,2 % des avocats exercent en mode individuel
  • 29, 2 % des avocats exercent en tant que collaborateurs
  • 29, 4 % des avocats sont associés
  • 5,3 % des avocats sont salariés non associés

Sources : Conseil National des Barreaux, actualisation 2015.

I Crédits photos : lepoint.fr – mon-univers-créatif.fr I